Manchette française

Acupuncture
Retour à la page thème Thérapies parallèles theme page

2. Bon à savoir :

L’acupuncture est née en Chine, il y a environ quatre ou cinq mille ans. Elle a pour but de régulariser l’énergie vitale (Qi ou chi); la théorie sous-jacente porte sur l’équilibre et la circulation de l’énergie dans le corps (il ne doit y avoir ni stagnation de l’énergie, ni une carence ni un surplus de l’énergie). Qi désigne une énergie qui existe dans toute chose et qui, croit-on, circule dans le corps le long de 14 voies principales que l’on appelle les méridiens. Quand le yin et le yang sont en harmonie, le Qi circule librement dans le corps et la personne est en santé. Quand une personne est malade ou blessée, il y a, croit-on, obstruction du Qi le long d’un des méridiens. Il y a plus de 350 points d’acupuncture le long des méridiens, et ces points correspondent à des organes particuliers. Des points déterminés sont stimulés par l’insertion de fines aiguilles pour stimuler la circulation de l’énergie et rétablir l’équilibre aux organes internes. Les aiguilles ont des bouts arrondis qui ne déchirent pas la peau; ainsi, elles font rarement saigner.

Parmi les variantes de l’acupuncture figurent l’acupression ou la digitopuncture (la pression du bout du doigt sur un point d’acupuncture); la moxibustion (l’application de chaleur aux points); et l’application de ventouses pour créer une légère succion aux points d’acupuncture.

Efficacité
Il existe nombre de preuves à l’appui de l’efficacité de l’acupuncture. Au début des années 1970, des médecins occidentaux ont commencé à visiter la Chine pour apprendre l’acupuncture. Ils ont ramené des photographies étonnantes de traitements d’acupuncture comme analgésie pendant une chirurgie importante – le patient était conscient et pouvait même parler avec le chirurgien! La médecine occidentale a constaté le potentiel de l’acupuncture. L’acupuncture peut également servir comme traitement préventif (d’où l’idée de payer un médecin chinois uniquement tant et aussi longtemps que vous restez en santé) et pour traiter des malaises particuliers.

Les examens de la Collaboration Cochrane commencent à publier des méta-analyses d’essais aléatoires de l’acupuncture. Par exemple, un examen systématique de l’acupuncture comme traitement de la lombalgie chronique a révélé qu’elle est plus efficace que d’autres thérapies physiques (Furlan AD, et al. Acupuncture and dry-needling for low back pain. Cochrane Database Systematic Review 2005(1): CD001351). Il existe de plus en plus de rapports individuels sur l’acupuncture comme traitement de maladies particulières; ces documents augmentent rapidement, alors si vous voulez avoir accès à un examen à jour vous pouvez chercher PubMed ou Google Scholar sur Internet. Il importe, toutefois, de tenir compte de la qualité des études, dont beaucoup semblent moins que parfaites. On sait très bien, nombre d’antécédents à l’appui, que les études bancales tendent à révéler que les thérapies sont meilleures qu’elles le sont en réalité. A.M. VanWormer et collaborateurs, par exemple, font valoir ce point dans « The effects of acupuncture on cardiac arrhythmias: a literature review », Heart Lung, Vol. 37, no 6 (2008), p. 425-432.

Comment pourrait fonctionner l’acupuncture?
Parmi les explications du fonctionnement de l’acupuncture figurent la participation de facteurs humoraux (un effet analgésique provoqué par l’acupuncture peut se transférer d’un animal à un autre) ainsi que les endorphines.   Voir un article by Ulett GA,  Han S, et al (1998).  Electroacupuncture: Mechanisms and clinical applications, Biological Psychiatry, vol. 44, 129-138. 

On a eu recours à la résonance magnétique dans nombre d’études pour déterminer les parties du cerveau qui sont stimulées par l’acupuncture; les résultats semblent indiquer qu’il s’agit du système limbique et des structures sous-corticales. (Voir Hui K,  Lui J, et al (2000).  Acupuncture modulates the limbic system and subcortical grey structures of the human brain: evidence from fMRI studies in normal subjects, Human Brain Mapping, Vol. 9, p.13-25.  Also, Cho Z H,  Chung SC et al (1998). New findings of the correlation between acupoints and corresponding brain cortices using functional MRI. Proc Natl Acad Sci USA, Vol 95, p. 2670-2673.) Chose intéressante, les patients obèses qui maigrissent semblent présenter une amélioration de la circulation de l’énergie Qi, comme en font foi des images thermographiques des points d’acupuncture (Kwon YD, Lee JH, Lee MS, Int J Neuroscience, 2007; 117(5): 591-5.).

Links  Article du BMJ sur l’acupuncture (BMJ 1999;319:973-976)
Bibliographie sur l’acupuncture;    la Foundation britannique pour Traditional Chinese Medicine (en anglais seulement);
La page d’accueil du British Acupuncture Council 
La page d’accueil du American Academy of Medical Acupuncture
Le Dictionnaire Sceptique sur l’acupuncture

Mise à jour : 20-oct-14