Manchette française 
Les thérapies parallèles
Retour à la page thème Thérapies parallèles

1. Notions essentielles

Environ 70 % de la population mondiale a recours à des traitements qui ne font pas partie des approches médicales allopathiques de l’Occident, l’orientation de votre formation en tant que médecin. Nombre de patients utilisent des thérapies parallèles en plus du traitement médical standard (d’où le terme « médecine complémentaire et parallèle »). Il est évident que la médecine de l’Ouest ne constitue pas la seule façon de guérir des personnes; ce n’est pas le seul système qui fonctionne.

Selon Statistique Canada, en 2003, un cinquième des Canadiens âgés de 12 ans et plus, soit environ 5,4 millions de personnes, ont déclaré avoir eu recours à des soins de santé non traditionnels ou complémentaires durant l'année qui a précédé l'enquête. La forme la plus courante était la chiropratique (11 % de la population y a eu recours), suivie de la massothérapie (8 %), puis l’acupuncture, l’homéopathie et la naturopathie (2 % chacune).

Nous avons commencé à examiner certains aspects de la médecine complémentaire et parallèle dans le programme d’études à Ottawa et la bibliothèque compte une collection croissante de livres à ce sujet, à la section R 733.

On peut classifier de diverses façons la vaste gamme de thérapies complémentaires et parallèles. Cette introduction fait fond sur une classification proposée par Douglas Tataryn (Faculté de médecine, Université du Manitoba), qui divise les thérapies en quatre groupes dans une hiérarchie, chacun s’inspirant de la catégorie précédente :


- Les thérapies fondées sur le paradigme du corps traitent les facteurs biologiques comme les déterminants primaires de la santé et ces facteurs forment donc l’objet principal des traitements.
- Les thérapies du physique-mental   comprennent le stress, les styles d’adaptation et des facteurs sociaux comme causes de maladies.
- Selon les thérapies de l’énergie corporelle, la santé est le résultat de la circulation et de l’équilibre des énergies vitales, canalisées soit par l’esprit soit par le corps.
- Selon les thérapies du physique-spirituel, des entités transcendantes à l’extérieur de l’univers matériel peuvent influer sur la santé.

1. Les thérapies fondées sur le paradigme du corps sont « matériellement réductionnistes » dans la mesure où elles supposent que des modifications de la biochimie du corps sont en dernier ressort la cause du développement et du maintien de la maladie. Notre approche biomédicale ou allopathique s’inscrit dans cette perspective : « l’influenza est causée par un virus; les ulcères sont produits par des infections bactériennes. ». Les variations de susceptibilité s’expliquent en fonction de la réponse immunitaire, modifiée par la nutrition, le manque de sommeil, et ainsi de suite, mais on ne les étudie pas systématiquement. Parmi les modalités diagnostiques figurent l'iridologie.
Les thérapies comprennent toute la gamme de la médecine de l’Ouest, ainsi que des approches parallèles comme l’aromathérapie, les remèdes à base de plantes médicinales, la naturopathie, les régimes macrobiotiques, et les plantes médicinales.    Lien à une étude sur les acides gras Omega-3 pour traiter l’asthme. (en anglais).

2. Selon le paradigme physique-mental, le mental joue un rôle critique dans la santé et la maladie. Certains théoriciens prétendent que le mental joue un rôle subordonné, en réaction aux stimuli physiques; on pourrait appeler cette approche un modèle dualiste. Selon d’autres, il existe un lien plus étroit entre le mental et le physique, de sorte que le mental peut jouer un rôle direct de causalité dans la santé et la maladie.  
La perspective physique-mental de la santé et la maladie porte l’attention sur l’hôte plutôt que sur l’agent. Étant donné que nombre de personnes sont exposées régulièrement à des agents potentiellement infectieux mais ne deviennent pas malades, la susceptibilité de l’hôte doit constituer un facteur critique. Le facteur primaire qui détermine la susceptibilité est le mental, qui agit directement ou indirectement. Parmi les thérapies figurent la psychothérapie, l’hypnose, la méditation, la réduction du stress et les groupes de soutien.

3. Le paradigme de l’énergie suppose qu’il existe une énergie sous-jacente comme condition intrinsèque et nécessaire de toute vie. Cette énergie est reconnue dans nombre de cultures et porte divers noms : chi ou qi, prana, ou énergie vitale, par exemple. L’énergie circule dans le corps le long de méridiens; il existe dans la colonne vertébrale des centres énergétiques appelés chakras, qui absorbent et émettent l’énergie vitale. La maladie est le résultat d’une perturbation de la quantité ou de la circulation de l’énergie, et les interventions ont pour but de rétablir l’équilibre énergétique.
Parmi les thérapies axées sur l’énergie figurent l’acupuncture, le toucher thérapeutique, l’homéopathie, la massothérapie, la kinésiologie, le shiatsu, et la réflexologie et le tai-chi.

4. Le physique-spirituel.   Ce modèle porte sur une croyance dans le pouvoir guérisseur d’êtres surnaturels, dont Dieu, Jéhovah, Tao, Bouddha. La foi est jugée essentielle à la guérison, et on croit à la possibilité de guérisons miracles.
Parmi les thérapies figurent la guérison spirituelle, la prière, la médecine ayurvédique, et certaines modalités traditionnelles de guérison des Premières nations.

 

Les thérapies parallèles fonctionnent-elles?

On accepte de plus en plus la valeur des thérapies parallèles et les essais aléatoires de thérapies parallèles deviennent chose courante. La médecine occidentale figure parmi de nombreuses approches de la guérison; elle n’obtient pas de bons résultats dans le traitement de problèmes comme la douleur chronique, l’arthrose, ou nombre d’affections mentales. Nous devons demeurer ouverts et nous rappeler qu’environ la moitié de tous les patients qui visitent un médecin de famille exploreront aussi des thérapies parallèles.

Il existe une revue, Alternative Therapies in Health and Medicine, qui publie des études évaluatives. (Vous la trouverez dans la base de données électronique des revues de l’U d’O.) Voici un article sur les défis scientifiques de l’examen de thérapies holistiques. .

L’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) est une source locale de renseignements sur l’efficacité de thérapies parallèles. Le Centre publie des évaluations systématiques sur l’efficacité de thérapies; vous pouvez faire une recherche sur le site Web au moyen de mots clés comme « manipulation vertébrale » ou « chiropratique » pour trouver des évaluations.

 

Liens:    
• "CAM in UME" " - site de l’Université de Calgary sur la médecine parallèle pour les étudiants en médecine. Le site cherche à rehausser le profil de l’enseignement des thérapies parallèles.
• Présentation PowerPoint par Natalie Jonasson (le 22 septembre 2005) sur les produits de santé naturels
• Un article sur le processus holistique : une explication du fonctionnement des thérapies holistiques
• L’Université York fournit un recensement des écrits sur l’utilisation canadienne des thérapies parallèles
• Le Chalmers Group au HEEO coordonne les examens systématiques de thérapies parallèles en pédiatrie.   Il a publié des examens de la qualité des rapports , et sur où on publie habituellement les études.
• Enfin, vous aurez peut-être besoin d’un peu d’humour :   Glossary des thérapies parallèles.