Émergence du professionnalisme

Le terme « professionnalisme » englobe une réaffirmation des valeurs et des comportements des médecins.

Le concept du professionnalisme a vu le jour aux États-Unis, au début des années 1990, en réaction aux nombreux défis auxquels le système de santé était confronté. La prestation des soins de santé s’était de plus en plus commercialisée, gérée en grande partie par les organisations de soins de santé intégrés (OSSI). Par conséquent, pour le marché des soins de santé sans but lucratif, le noyau même de la médecine était perçu comme menacé. En effet, les tendances en devenir dans le domaine des soins médicaux favorisaient la rentabilité et l’efficacité ce qui, comme on pouvait s’y attendre, avait nuit à certains aspects de la profession médicale. Le terme « professionnalisme » a découlé du désir de réintégrer les qualités humaines telles que la compassion et l’altruisme dans le monde médical. On peut donc affirmer que le professionnalisme vient de la nécessité de renforcer des principes déontologiques solides au sein de la collectivité médicale.

Aux États-Unis, l’American Board of Internal Medicine (2) et l’American Association of Medical Colleges (1) ont rédigé des documents déclarant que les valeurs de la profession médicale, y compris ses valeurs humanistes, doivent être enseignées aux étudiants en médecine et aux résidents pendant leur formation.

Le concept de « professionnalisme » a commencé à  poindre dans les facultés de médecine à l’échelle du Canada et des États-Unis vers le milieu des années 1990. L’importance d’inclure le professionnalisme au programme d’étude est devenue de plus en plus évidente à la lumière des défis auxquels l’ensemble des soins et l’enseignement médical était confronté (p. ex. la diversité croissante enregistrée dans la population d’étudiants en médecine). Même si le terme « professionnalisme » semble découler de la dichotomie existant entre les OSSI et les millions d’Américains non assurés, les idéaux de professionnalisme, eux, ont perduré au fil des siècles.

De la documentation détaillée a accompagnée cette attention plus forte portée sur le professionnalisme aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Australie et ailleurs. La façon d’« enseigner » et d’évaluer le professionnalisme est devenu un point de mire dans les conférences d’enseignement médical.

Au Canada, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) a élaboré les rôles CanMEDS, incluant celui du professionnel. Les Drs Sylvia et Richard Cruess ont, quant à eux, préconisé l’incorporation du thème du professionnalisme aux études médicales de premier cycle (3). Les Cruess ont résumé les normes d’un comportement professionnel et insisté sur le besoin d’un enseignement formel sur ce sujet dans les facultés de médecine depuis plus d’une décennie. Ils allèguent que « la médecine doit connaître l’histoire du professionnalisme, la documentation qui s’y rapporte ainsi que les obligations afférentes au statut professionnel » (3). La complexité de la société moderne exige indubitablement une sensibilisation accrue de l’éthique entourant la pratique de la médecine.

Sous le thème du professionnalisme médical, les qualités et comportements requis des étudiants en médecine qui seront bientôt diplômés ont été intégrés au programme des études médicales de premier cycle de pratiquement chaque faculté de médecine du Canada.

© Université d'Ottawa
Pour d'autres renseignements, consultez la liste des points de contact.
Questions d'ordre technique ? webmaster@uottawa.ca
Dernières modifications : 2015.09.08