Manchette française 

Faits et chiffres : mortalité maternelle

3. Informations supplémentaires :
Population mondiale : 6 milliards d’habitants
        ↓ 
  1,5 milliard de femmes en âge de procréer
          ↓ 
    133 millions de naissances par année = 247 naissances par minute = 4 par seconde
            ↓ 
      Les mères de 15 millions de ces nouveau-nés sont des adolescentes.
 

Définition : La mortalité maternelle signifie le décès d’une femme pendant la grossesse ou dans les 42 jours qui suivent l’interruption d’une grossesse pour une cause quelconque liée à la grossesse, aggravée par celle-ci ou liée à sa prise en charge, mais non pas pour des causes accidentelles ou fortuites. Cette définition exclut les décès qui surviennent durant la grossesse, mais qui ne résultent pas de celle-ci. Les chiffres tiennent compte de l’effet combiné de la grossesse et du VIH, qui rend la femme plus susceptible, car un certain nombre de décès liés au VIH survenant durant la grossesse sont considérés comme des décès maternels.

Pour commencer, les bonnes nouvelles : le taux de mortalité maternelle a chuté par 34% entre 1990 et 2008.
Et pour les moins bonnes :
On estime qu`il y a eu 358 000 décès maternels en 2008, soit presque 1 000 femmes par jour qui meurent de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.
  1 femme meurt tous les 2 minutes, dont 99 % habitent dans des pays en voie de développement.   
 
En termes de ratio, les chiffres enregistrés en 2000 à l’échelle internationale représentent une mortalité maternelle de 260 par 100 000 naissances vivantes.
  La ratio montait à 1 400 par 100 000 naissances vivantes en Afghanistan (une Afghane a une risque de 1 sur 11 de mortalité maternelle durant sa vie), 640 par 100 000 en Afrique, et 280 in South Asia; 85 en Amérique latine et ;es Caraibes, 14 dans les pays riches.  (WHO. Trends in maternal mortality 1990 to 2008. WHO, 2010.)
    25 % des cas de mortalité maternelle sont causés par des hémorragies, 15 % par une sepsie, 13 % par un avortement non-sécuritaire, 12 % par une toxémie et 8 % par un arrêt de progression de travail. 
      L’âge joue un rôle crucial : la mortalité maternelle est 25 fois plus élevée chez les mères de moins de 15 ans, et deux fois plus élevée chez les filles de 15 à 19 ans.
      Risque à vie de mortalité maternelle : 1 sur 36 en Afrique; 1 sur 210 en Asie; 1 sur 480 en Amérique latine et 1 sur 4 300 dans les pays industrialisés.
      Chaque année, 60 millions d’accouchements ont lieu en présence de seulement un membre de la parenté ou d’une sage-femme sans formation.
      La prestation de soins de base à toutes les femmes enceintes préviendrait des millions de cas d’incapacités et de décès maternels, en plus de sauver la vie d’environ 1,5 million de bébés par année.
   
Pour chaque décès enregistré, beaucoup d’autres femmes devront composer avec une incapacité, une maladie ou une blessure à la suite de leur grossesse et ce, encore une fois, surtout dans les pays en voie de développement. Ce chiffre peut être aussi élevé que 50 millions de femmes par année, souffrant de complications aiguëes imputables à la grossesse et à l’accouchement.  
  La grossesse et l’accouchement de quelque 18 millions de femmes par année mènent à une incapacité à long terme.
         
Au Canada, la mortalité maternelle a chuté, passant de 500 décès maternels par 100 000 naissances en 1920-1930 à 5,5 par 100 000 naissances en 2002-2004.  (Source: Rapport sur la santé périnatale au Canada, 2008.)
         
Liens        
  Fonds des Nations Unies pour la population Rapport sur la mortalité maternelle  
  Plus d’information : Agence de la santé publique du Canada a un rapport de 2013  
  Article dans la revue Lancet 2006; 368 : no 9543 sur les stratégies de réduction de mortalité maternelle